noirblanc

La vie est un théâtre

Gilbert Garcin

17.10.2004

 — 21.11.2004

vernissage: 16.10.2013

« En soixante-dix ans, on a amassé dix mille souvenirs, on a une sorte de grenier dans la tête. Des choses empilées qui finissent par resurgir. »

Bouts de ficelles et petits cailloux, armé de colle, de ciseaux et de son appareil photo, il bricole de minuscules maquettes, pour lesquelles il bidouille des éclairages « pour faire vrai » et photographie ainsi, jour après jour, les différents actes de son petit théâtre intérieur. Avec un goût appuyé pour le surréalisme et un sens hitchockien de sa propre mise en scène, le voici donc tour à tour Sisyphe poussant son énorme pierre, ou pauvre hère derrière une pendule à Courir après le temps, L’égoïste jouant à saute-mouton avec lui-même à perte de vue, ou Le Paon faisant la roue avec sa propre effigie.

Faisant des maximes ses choux gras, de fil en aiguille, Gilbert Garcin élabore non seulement une sorte d’autobiographie fictive, mais aussi toute une philosophie de la comédie humaine.

D’après Armelle Canitrot