noirblanc

Le Chant du Cygne

Andrea Mantovani /// Lauréate du Prix Focale – ville de Nyon 2018

18.11.2018

 — 23.12.2018

vernissage: 17.11.2018 dès 17h30
en présence de la photographe
présentation de l’exposition: 18h00

Depuis 2016, la forêt de Bialowieza dans l’est de la Pologne est le théâtre de l’un des plus importants conflits environnementaux en Europe. Des lieux, protégés par l’Unesco depuis 1979 comme réserve de la biosphère et patrimoine mondial, sont menacés de destruction par le ministère de l’environnement polonais qui y mène une campagne de déforestation massive.

Durant 6 mois, la photographe Andrea Mantovani a exploré cette forêt millénaire en cherchant à saisir les tenants et les enjeux de ce conflit. Dans son approche, la photographe alterne des images de paysage célébrant la force et la beauté d’une nature immuable et des photographies plus allégoriques, habilement mises en scène. Elles renvoient à la complexité de cette crise et évoquent de manière métaphorique certains aspects de l’affrontement qui oppose un gouvernement traditionaliste aux valeurs défendues par les militants écologistes.

 

Géographe de formation, Andrea Mantovani (*1985, vit et travaille à Paris) a travaillé durant 6 ans en Europe sur des problématiques environnementales et sociales. Voyant dans l’image un instrument de témoignage indispensable, elle se consacre dès 2015 à la photographie de manière professionnelle et rejoint le studio Hans Lucas. Elle se consacre depuis à des projets à long terme alternant des travaux de commande et des projets personnels. Andrea Mantovani est lauréate du prix talent émergent du Festival de la Gacilly 2018 et finaliste de la Bourse du Talent #73 en catégorie reportage.

Maison de Simona Kossac, icône nationale en Pologne pour son travail en faveur de la protection de l’écosystème naturel de Bialowieza.
Partie protégée de la forêt de Bialowieza. Formée il y a 10 000 ans, elle s’étend sur 150 000 hectares.

Camille Plancher, activiste français s’attache aux arbres lors d’actions de blocage pour éviter leur abattage.
Activistes, Aga klepacka et Augustin Mikos, revenant d’un blocage dans la zone sud de la forêt de Bialowieza. Depuis le début du conflit plus de 60 blocages ont été réalisés.
Activiste portant un squelette de bison. La disparition de la forêt menace le peuplement sauvage le plus important d’Europe.