noirblanc

Photo de presses choisies par le cinéaste

Alain Cavalier

20.04.2004

 — 25.04.2004

En collaboration avec le festival de films Visions du réel 

Tous les jours, je vais au kiosque acheter les journaux. Je m’installe à une table de café, je feuillette, je cherche l’image que je découperai, que je garderai. Plus que les peintres et les cinéastes, ces documents ont ce regard juste que je trouve quelquefois aussi dans les journaux télévisés. Ils ont souvent la crudité et la violence que le cinéma ne peut se permettre pour ne pas franchir ce qu’il nomme le seuil de sensibilité du spectateur. À chacun de mes films, je tourne une séquence où j’ai conscience de transgresser.

Depuis plus de quarante ans, Alain Cavalier découpe des photographies dans les quotidiens. Comme des icônes fragiles qui exorcisent les drames et exaltent la création, il affichera ses images accompagnées de commentaires. Une introduction à son œuvre, admirablement complétée par le film de Jean-Pierre Limosin Alain Cavalier. 7 chapitres, 5 jours, 2 pièces-cuisine de la série « Cinéma de notre temps ».

Alain Cavalier est le réalisateur, entre autres films, de Thérèse (1986), Prix du jury à Cannes, de La Chamade (1968), adaptation d’un livre de Françoise Sagan, et de Libera me, film sans dialogue qui a pour thème l’oppression et la torture. Il abandonne la fiction et réalise des séries documentaires de portraits : Vies (2000). En 2002 il mélange fiction et réalité avec René.